SENEGAL LES ENFANTS DES RUES 

CONTEXTE DU PROJET

DSC05629
Une autre réalité

dsc04153_2Site Internet jeuxLa problématique des enfants des rues est un véritable phénomène au Sénégal. En 2015, le rapport sur la Traite des personnes du Département d’Etat américain indiquait que 32 000 enfants étaient forcés à mendier dans les rues de Dakar. Les estimations allant de 50 000 à 100 000 enfants forcés à mendier dans les rues des grandes villes sénégalaises. Village Pilote intervient, donc, depuis plus de 20 ans auprès de ces enfants en les accueillant dans ses centres d’hébergement

Une rencontre : Le Sénégal. Après un séjour au cœur d’une famille de griot élevée dans la plus pure tradition, une nouvelle rencontre arrive : LES ENFANTS DES RUES…

Au Sénégal, les familles sont très attachées à l’enseignement coranique dispensé par les Marabouts, malheureusement, il y a deux catégories, les vrais et les faux. Le phénomène est bien connu, ces « faux Marabouts » arrivent dans les villages et promettent aux familles d’enseigner le Coran à leurs enfants. C’est une chance inespérée pour ces familles qui souhaitent un avenir brillant pour leur progéniture. La réalité est toute autre !!!

Site internet BlessureCes enfants sont emmenés par les « faux Marabouts » à Dakar depuis la Casamance situé à 450 km. Mais aussi de tout le Sénégal y compris la Gambie et la Guinée Bissau…Le choix de villages éloignés de Dakar ne permet pas à la famille de connaître le devenir de leurs enfants.

Les enfants sont ainsi arrachés à leurs familles et la descente aux enfers commence ! Jetés dans la rue, privés d’hygiène, de nourriture, les enfants sont condamnés à mendier, ils doivent se débrouiller pour survivre, victimes de violences, d’attouchement et parfois de viols, ils doivent en plus ramener la somme de 750 CFA par jour sans quoi ils seront roués de coup par les personnes se disant Marabouts.

Au Sénégal, le vagabondage est réprimandé et les enfants sont emmenés directement en prison pour obliger les parents à venir les chercher. Mission bien difficile au vue de la distance…

INTERLUDE MUSICAL

Une nouvelle étape pour notre partenaire dans son combat pour la réinsertion durable des enfants de la rue. Après plus de 20 ans d’un travail de fond sur le terrain, l’association se lance dans une grande phase de sensibilisation de l’opinion publique. !

C’est avec le célèbre groupe Daara J Family, connu pour son engagement et ses actions sociales, que Village Pilote prend la parole, en chanson !!

« Sound Kopp », c’est la chance extraordinaire pour des enfants qui étaient devenus invisibles aux yeux de la société, de chanter aux côtés de leurs artistes préférés et de partager avec le public tout l’étendu leur talent ! Une chanson composée et écrite par Daara J Family en collaboration avec les enfants de Village Pilote. Adressé à la société, aux autorités et à tous les Sénégalais, le titre « Sound Kopp » est un appel lancé à tous pour faire évoluer la situation et en finir avec la problématique « enfants des rues ». !

Un spécial Envoyé Spécial consacré à notre partenaire le 11 juin 2015

LE PROJET

OBJECTIF 2017

DSC05582Notre partenaire Village Pilote agit depuis plus de 20 ans pour endiguer ce phénomène. Notre projet est le financement de la construction du centre d’hébergement (dortoir) appelé LE REFUGE pour les enfants des rues de 5 à 12 ans.

Le budget est conséquent : 122 556 € pour le gros œuvre et le second œuvre

Cette construction est essentielle pour assurer la protection et la réinsertion des enfants des rues ! Plus, ils ont passé de temps dans la rue, plus il est difficile de les réinsérer dans la société. C’est pourquoi, ce lieu de vie est fondamental pour permettre aux enfants d’entamer un processus de rétablissement afin de garantir la meilleure insertion.

Les impacts sont multiples :

  1. Assurer la protection des droits des enfants : une fois intégré au Refuge, l’enfant bénéficie d’un environnement propice à son développement où il recouvre ses premiers droits : avoir un toit, être nourri, vêtu et soigné.
  2. Assurer un soutien psycho-affectif : afin de lui redonner confiance, l’enfant est soutenu moralement et affectivement (écoute, dialogue, séances de sensibilisation au travers de causeries école de la vie), médicalement (bilan de santé, aide psychosociale).
  3. Assurer un soutien scolaire et un accès à des activités culturelles et sportives : l’enfant a la possibilité de suivre toutes les semaines des activités culturelles, sportives, ludiques, socialisantes pédagogiques (alphabétisation et activités de maraîchage comme activités de stabilisation) et d’accompagnement dans les démarches d’état civil. 

Dortoire

LE PLUS : VILLAGE PILOTE AU LAC ROSE

Par ailleurs, ce projet de construction permettra aux jeunes de plus de 16 ans accueilli en formation professionnelle de se former par le biais du chantier-école. Nos formateurs, accompagnés de la main d’œuvre de nos partenaires, se chargeront de l’apprentissage en menuiserie, briqueterie, électricité, plomberie et aménagement des espaces extérieurs. Cette mise en pratique favorisera l’insertion professionnelle des jeunes issus de la rue. 

Objectifs spécifiques

  • Améliorer les conditions d’accueil des enfants de 5 à 12 ans au centre Village Pilote du Lac Rose par la construction du Refuge
  • Améliorer la formation professionnelle des jeunes accueillis à Village Pilote via la construction du dortoir en chantier-école 

NOS REUSSITES

2016

Christiane et Nicole

De retour du terrain : Interview de Christiane à gauche et Nicole à lire sur notre Chant du Nomad n°22

1e rencontre avec les Enfants des Rues de Dakar et notre partenaire Village Pilote, que vous a révélé cette rencontre ? Vos impressions ?

Christiane : Extraordinaire ! J’en reste les bras ballants devant l’immensité du travail qui est réalisé sur place, la joie de vivre de ces enfants malgré le contexte de leurs parcours…

Nicole : Génial, j’en suis béa, c’est difficile d’exprimer par de simples mots ce que j’ai pu ressentir, nous sommes arrivées lors d’un bon match de foot entre les enfants des rues et une école de Dakar. Cette rencontre pédagogique sur une journée permettait à des enfants, qui ont la chance d’aller à l’école, de rejoindre des enfants qui n’avaient pas cette possibilité jusqu’à présent.

Réponse commune : Un repas pris en commun qui s’est terminé par des danses étonnantes, du rap sur les rytmes de djembés et les encouragements de tous… J’ai été subjuguée par la rencontre avec les enfants et notre partenaire. C’est ce qui restera gravé dans mon cœur de mon entrevue avec ce Pays. L’énergie qui règne, la métamorphose d’un terrain totalement désertique où le partage est manifeste entre les enfants qui se révèlent grâce à l’accompagnement de qualité de toute l’équipe…

Les ateliers de formation dispensés aux plus grands (construction, électricité, brique, cuisine, maraichage) permettent de rendre le site totalement autonome. L’arrosage quotidien est également confié aux enfants à partir de 5 ans…

Le 04 nov. 2016, nous adressons notre 1e versement de 15 000 € pour la construction du Refuge.

Nous annonçons la bonne nouvelle par téléphone à Loïc Treguy, heureux de nous confirmer que la construction du Refuge démarrera avant la fin décembre grâce à Nomad !

Bol de riz

L’OPERATION BOL DE RIZ  a été reconduite pour la 2e année.

Sous l’impulsion de l’équipe de Dominique Guyot Petit, du Collège Paul Arène à Peymeinade,

Le bol de riz est une action qui rappelle que, dans le monde, tous les enfants ne mangent pas à leur faim.

Quand les collégiens sont arrivés dans le hall du Collège Paul Arène, ils ont été accueillis par  le clip « Sound Kopp » qui tourne en boucle…

Dominique était au Sénégal avec Christiane & Nicole en 2016.  Très motivée par le projet, l’opération bol de riz qui s’est déroulée en octobre 2016 a permis de récolter  la somme de 470 € qui servira pour la construction du refuge.

Un grand Merci à tous !

Les collégiens seront toujours actifs en 2017 et très impliqués pour la construction du refuge.

Une journée éco citoyenne sera organisée à laquelle l’association NOMAD sera invitée.      A suivre…


2015

OPERATION BOL DE RIZ au Collège Paul Arène à Peymeinade :

Le 5 juin grâce cette opération,  plus de 450 élèves avec l’autorisation des parents ont participé à notre action, riz à volonté !

Sous l’impulsion de sa principale Dominique GUYOT PETIT,  le 20 mai 2015, NOMAD est intervenu toute la journée dans le collège pour promouvoir le travail de notre partenaire et sensibiliser les élèves de 6e et 5e sur la problématique des Enfants des Rues au Sénégal. A la cantine ce jour-là, un bol de riz et rien d’autre est servi aux collégiens afin de leur faire prendre conscience de la triste réalité des enfants des rues.

Une économie qui a permis de récolter 942 € pour le projet.

Nous tenons à saluer et remercier chaleureusement toute l’équipe du Collège Paul Arène ainsi que tous les collégiens qui ont soutenu les Enfants des rues. Les fonds récoltés seront versés en intégralité à notre partenaire.

cOLLEGE PAUL ARENE SITE INTERNET

 


2014

Témoignages de Bafodé 16/05/2014 Responsable de l’équipe mobile

Bonjour chers amis,

C’est avec un grand plaisir que je participe à la 21ème édition du Chant Nomad

Je profite de cette occasion pour vous exprimer toute notre satisfaction suite à l’octroi de ce joyau dans la prise en charge des enfants en danger dans les rues de Dakar.

Ce minibus nous sert non seulement à faire des soins de santé à l’intérieur mais aussi à effectuer des séances d’écoute avec les enfants que nous rencontrons toutes les mercredis nuit à travers les rues de Dakar la capitale Sénégalaise.

Depuis son acquisition ; nous n’avions plus de souci dans les interventions d’urgence et le respect de l’emploi du temps des écoutes mobiles dans tous les points de chute où se trouvent les enfants des rues.

Ce véhicule est devenu un NOMAD (car il est mobile) sur la route de l’espoir en direction du rêve des enfants des rues qui est LA SORTIE DE RUE DEFINITIVE.

Merci aux Nomads et l’Aventure continue dans la Solidarité.

Bafodé

nocturne18/04/2014 : Avant tout d’abord recevez nos salutations les plus sincères. Toute l’équipe des écoutes mobiles se joigne à ma modeste personne pour vous dire un grand merci car n’eut été l’acquisition de ce minibus on ne pourrait pas intervenir en urgence et dans les meilleurs délais pendant presque quatre interventions de prospection et de suivi au Daara (école coranique) au profit de 07 talibés qui se sont réfugiés chez un de nos personnes ressources à cause de la maltraitance qu’ils ont subis de la part des grands qui font leur loi après un mois d’absence de leur marabout qui ont voyagé en laissant une quarantaine de talibé derrière.

Parmi ces 07 talibés , dont l’équipe des écoutes mobiles avec le concours de nos partenaires étatiques à savoir (brigade des mineurs, tribunal pour enfant) et l’équipe éducative de village pilote bref nos personnes ressources, 4 enfants ont retrouvé leur famille et les 3 qui restent seront retournés en Casamance par le responsable des suivis et retour en famille si tous les moyens sont réunis.

BRAVO NOMAD AVENTURE SOLIDAIRE

Bafodé


2013

Achat du véhicule dispensaire Budget : 19 000 €

VOUS AVEZ REUSSI !

Dispansaire

Un autre exploit est à saluer ! L’ardeur de notre ami Daniel Fillod toujours aussi vivace qui se lance à la conquête des pierres de l’Estéron.

 «Sur les faces rugueuses, dures, sur le grain naturel de la roche offerte, sa main a suivi l’échine d’un animal, les rondeurs d’une femme, les contours d’un regard, les zébrures d’une arabesque mystérieuse… Il faut aller écouter ces dialogues où, même si l’on perçoit quelques mots empruntés à Picasso, tel ce taureau de Guernica ou à Dubuffet, tout n’est qu’originalité, force, mystère et sensualité et pour finir hymne à la Vie.»

 François Rosso Nice Matin  

Un lieu emblématique et la 1e exposition au Lavoir Communal de Vence ou 108 Galets, numérotés et signés par l’artiste sont exposés et vendus au profit du projet pour participer au financement du véhicule dispensaire.

C’est ainsi que 59 galets ont été vendus au prix de 100 € l’œuvre !

Nous réitérons nos remerciements auprès de la Ville de Vence, Vence Cultures et notre généreux donateur qui nous a offert les affiches annonçant l’évènement.

LE FILM : place aux images

Un témoignage concret du travail réalisé par notre partenaire Village Pilote …

Grâce à une mobilisation et une détermination, sans faille, de toute l’équipe, les partenaires, les artistes et la participation de tous nos amis (es), nous avons réussi à offrir le véhicule dispensaire aux Enfants des Rues !

Nous avons réussi à négocier l’équipement du véhicule et la gratuité de l’entretien sur 2 ans.

La veille de notre départ le 19 avril 2013, nous adressons la somme de 19 000 € à notre partenaire.

Bravo et Merci à Tous pour avoir été à nos côtés et participer ainsi à cette chaîne de Solidarité au profit des Enfants des Rues de Dakar !

Le témoignage de notre voyage sur place sur notre journal LE CHANT NOMAD.


2012

Cette année, notre rêve est d’offrir un véhicule dispensaire pour les Enfants des Rues car le besoin est urgent sur place.

L’objectif de ce véhicule est primordial :

  • Couvrir une zone géographique bien plus grande « jour & nuit ».
    Multiplier le nombre d’Equipes mobiles
    Rendre plus efficace la sensibilisation.
    Réagir face aux cas médicaux d’urgence en amenant un enfant à l’hôpital.
    Soigner les enfants dans des conditions d’hygiène normales.
    S’isoler avec un enfant pour faciliter le dialogue et les confidences.

Nous avons axé notre année 2012 pour relever grâce à votre aide ce challenge.

1e PARTENARIAT NUITS DU SUD

NOS AMIS LEPREUX EN INDE PARTICIPENT A L’ACHAT DU VEHICULE DISPENSAIRE POUR LES ENFANTS DES RUES AU SENEGAL GRACE AUX NUITS DU SUD !

Quoi de plus naturel : Une équipe de passionnés qui rencontre une autre équipe de passionnés qui œuvre pour la pérennité du Festival des Nuits du Sud, qui œuvre pour la pérennité des actions en Inde, au Niger et au Sénégal…

Nuits du sud 1E partenariat avec l’emblématique festival des Nuits du Sud représenté par son Directeur Téo Saavedra a vu le jour en 2012.

Dominique Petry Amiel & Claudine Bohy co-responsables avec toute une délégation de NOMAD ont œuvré pour la réalisation de d’un foulard à l’effigie des NUITS DU SUD.

Jean Thiry a dessiné une superbe maquette qui été acceptée et financée par Teo Saavedra.

Ce foulard a été fabriqué à GALTA, par nos amis lépreux, sur leurs métiers à tisser, à partir de tampons encreurs spécialement fabriqués pour nous.

Fabriqué en 200 exemplaires, terminés à Vence par NOMAD, il a été vendu par les Nuits du Sud durant la 15e édition du festival.

Dès la livraison de la commande, la participation financière des Nuits du Sud à hauteur de 1 970 € servira à financer l’achat du véhicule dispensaire pour les enfants des rues au Sénégal.

Nous tenons à réitérer une nouvelle fois, nos plus chaleureux remerciements à Téo Saavedra Directeur du festival et toute son Équipe pour leur participation active à nos côtés.

2012 restera une année exceptionnelle avec L’exposition BE AFRICA, la réalisation des foulards à l’effigie des Nuits du Sud, le repas indien du 04/12/2012 pour fêter DIWALI la fête des lumières, la vente des 108 Galets, la mobilisation de la Mairie de Vence et Vence Cultures.


2011

Février 2011, nous partons accompagner l’équipe mobile pour effectuer une visite nocturne. Malgré notre véhicule tout cabossé, nous arrivons tant bien que mal à parcourir la banlieue Dakaroise et rencontrons une centaine d’enfants. Les conditions de travail sont difficiles car le véhicule n’a aucun équipement qui permettrait de soigner et d’écouter les confidences de ces enfants avec un minimum de confort et de confidentialité.

DSC05610Les enfants accourent vers nous, le sourire aux lèvres, c’est un rendez-vous important pour eux, un rendez-vous ou des adultes vont leur accorder du temps et les reconnaitre en tant qu’être humain, sans les juger, ni les blâmer.

Après étude des priorités, force est de constater que le besoin d’achat d’un véhicule est toujours une urgence. Il y a actuellement 1 seul véhicule.

Notre partenaire sollicite toutes les entreprises Sénégalaises & organisations en général afin de les impliquer. Il y a une volonté réelle, cependant, par manque de budget, chaque structure fait de son mieux et l’aide apportée se concrétise par des dons : nourriture, matériel : sac de ciment, bêches, arrosoirs, semences, produits d’entretiens, cartouches d’encres, papiers…

Le 17 Décembre 2011 : Nous adressons 4 000 € pour financer l’achat du dispensaire mais nous sommes loin du montant total…

Notre partenaire en attendant a dû se rabattre sur l’achat d’un 4/4 d’occasion car sans véhicule, le travail est impossible…


2010

Témoignage de notre voyage dans notre journal Le Chant du Nomades N°18

16 juin 2010 : nous recevons une demande précise de notre partenaire pour l’achat d’un mini bus dédié aux sorties de l’Équipe mobile. A l’heure actuelle, un seul véhicule une fois par semaine pour l’Équipe de nuit.

Un achat conséquent mais indispensable pour maintenir une plus grande confidentialité, un diagnostic plus poussé en ce qui concerne les soins, la possibilité d’amener des livres, des jeux et surtout l’optique d’élargir le périmètre autour de Pikine « banlieue de Dakar ».

Le 20 septembre 2010 : Nous adressons 4 000 € pour financer une partie de ce mini bus.

Néanmoins, il nous faut continuer nos actions, notre partenaire doit trouver le reste de la somme pour financer cet achat.


2009

senegal_1NOTRE RENCONTRE AVEC L’ÉQUIPE MOBILE

L’Equipe mobile se rend dans la rue : le lundi matin, mercredi matin & le soir de 17h à 20h ainsi que le vendredi après-midi. Les rencontres nocturnes sont plus difficiles, les enfants sous l’emprise de drogue appelée Guinze (diluants pour la peinture) deviennent violents…

C’est un véritable travail de fourmi, les enfants ont confiance et certains viennent d’eux-mêmes nous informer des problèmes qu’ils rencontrent…

Au fil de ces rendez-vous, nous connaissons le moment opportun pour intégrer les enfants à Village pilote.

Les besoins sont très vite analysés :

  • Une voiture pour couvrir une zone plus large.
  • Un renforcement médical pour assurer sur le terrain les points de suture & gérer les blessures profondes.
  • Une dotation de matériel complet & unique pour les équipes mobiles nocturnes et diurnes.
  • Satisfaire au mieux les besoins des enfants en nutrition (goûter, lait…). Obligatoire car il ne faut pas oublier que pendant que ces enfants sont avec nous, ils ne cherchent pas de nourriture…
  • Multiplier les équipes mobiles par jour et par zone afin de favoriser leur extension…

Le 30 octobre 2009 notre première aide se concrétise avec l’envoi de la somme de 2 500 € pour soutenir l’équipe mobile.

Avec cette somme, nous finançons l’achat des médicaments pour un montant de 1 673,23 € puis l’achat de support de discussion livres, jeux pour un montant de 183 €et enfin 644 € pour l’atelier Art Rue Dessine moi ce que tu ne peux pas dire…

INTEGRATION AU CENTRE

  • 1e Soin d’hygiène « douche, rasage des cheveux & prises de vermifuge »,
  • Fiche d’identification 1e accueil
  • Fiche médicale réalisée par les animateurs
  • Évaluation du niveau scolaire, visite guidée du centre.

Un enfant dit jumeau accueille le nouveau, visite du centre, lecture du règlement intérieur et présentation à toute l’équipe et aux autres enfants.

Pour ceux qui ne sont pas encore intégrés, ils peuvent venir au centre se laver, changer de vêtements, pour les autres ils participent à la vie du refuge.

Le changement est là, arrivés de la rue, ces enfants peuvent dorénavant avoir un petit-déjeuner, un déjeuner, un dîner ! Des vêtements propres, se laver quotidiennement !

Néanmoins, il faut un temps de stabilisation, une écoute attentive & un suivi sans faille…

Au programme : stabilisation et insertion socioprofessionnelle grâce à l’alphabétisation, des cours de français et de mathématiques, Maraichage, Liberté d’expression. Un animateur choisit un thème : hygiène corporelle, autorité parentale, délinquance juvénile, les différentes étapes de l’adolescence, danger de la rue : Guinze, tabac, alcoolisme. Activités sportives et ludiques afin de redonner à ces enfants le goût de la vie et du bonheur.

ACTIVITÉS SPORTIVES

Le sport est un moyen de développer des aptitudes physiques mais aussi de créer un dialogue avec les enfants.

Nous connaissons tous le succès mondial du football ! Un véritable engouement…La règle est la même pour ces enfants, ils se précipitent pour endosser leurs maillots et courent sur le terrain avec une excitation palpable… 1er but ! Des cris de joie éclatent, des embrassades parfois le goal est encouragé pour ses performances, des bousculades aussi & là, la vigilance est de mise… Ces enfants débordent d’une énergie fabuleuse alors que pour certains d’entre eux qui n’ont pas encore rejoint le centre, la dernière collation est bien loin… Notre partenaire avait transporté un grand seau avec un liquide orangé, la récompense ! Les enfants tout excités par le match, se calment et se mettent en file indienne. Pas un bruit ! Ils attendent avec des yeux brillants leurs verres de jus d’orange !!! Une causerie est engagée sur les dangers de la rue.